Print Header
www.ccsa.ca

Toxicomanie au Canada

Les effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence

​​​​​​​​​​​​​​​Le CCLT a créé une série en 2005 afin de mettre en lumière les grandes questions liées à la consommation problématique de substances et de proposer des mesures à prendre en matière de politiques et de pratiques. Chaque volume de cette publication bisannuelle est rédigé au terme d’une analyse des plus récentes données de recherche faite par le Conseil consultatif scientifique​ du CCLT. Les publications s’adressent aux décideurs, aux responsables de l’élaboration de programmes, aux chercheurs, aux éducateurs et aux professionnels de la santé.

En vue de la planification du prochain volume de la série, lequel portera sur l’obstacle que représente la consommation de substances pour un vieillissement sain chez les adultes plus âgés, le CCLT donnera un nouveau nom à la série. Dorénavant, elle sera intitulée Consommation de substances au Canada. Ce changement reflète l’évolution des termes du domaine, visant à faire preuve d’une plus grande sensibilité envers ceux et celles qui sont aux prises avec une consommation problématique de substances ou un trouble lié aux substances. Le changement se limite au nom de la série, car les objectifs de cette dernière demeurent inchangés. ​​

 

Les effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence​ (juin 2015)​

  • Rédigé par des experts respectés et reconnus du domaine de la recherche sur le cannabis, le rapport donne un aperçu des plus récentes études sur les effets du cannabis sur le cerveau et le comportement des jeunes

  • Examine les liens entre le cannabis et la maladie mentale, les déficits cognitifs et moteurs pouvant affaiblir la capacité de conduire, le risque de dépendance et les options thérapeutiques

  • Souligne la nécessité de sensibiliser le public aux effets du cannabis sur les jeunes, notamment sur leur développement éducationnel, professionnel et social, et de susciter des discussions éclairées à ce sujet

  • Recommande des façons d’utiliser les données probantes analysées dans le rapport pour orienter les politiques, pratiques et programmes​

 

Voies menant aux trou​​bles liés aux substances dans l’enfance et l’adolescence​ (juin 2014)​

  • Stipule qu’il n’y a pas de facteur unique pouvant prédire de futurs troubles liés aux substances, mais que certains facteurs de risque et comportements à risque devraient inciter à étudier de plus près des moyens de renforcer la résilience et à mettre en place des facteurs de protection pouvant aider à prévenir la toxicomanie à un âge plus avancé

  • Décrit l’enfance et l’adolescence comme des périodes où les efforts de prévention peuvent être les plus efficaces, surtout s’ils prennent en compte l’âge ou le stade de développement de l’enfant

  • En appelle aux parents, aux enseignants et aux gardiens à reconnaître qu’ils ont la responsabilité de contribuer à favoriser la résilience, à relever les facteurs de risque et à prendre des mesures pour les parer

  • Réclame plus de recherches donnant suite aux récentes constatations issues du domaine de la neurobiologie selon lesquelles les expériences vécues à la petite enfance peuvent modifier le cerveau et, par la suite, ou bien laisser présager de mauvais résultats ou bien renforcer la résilience et protéger contre la toxicomanie plus tard dans la vie

 

Consommation de drogues licites et illicites pendant la grossesse : Répercussions sur la santé maternelle, néonatale et infantile (novembre 2013)

  • Présente un résumé des dangers particuliers de la consommation de substances chez les femmes et, plus précisément, chez les femmes enceintes

  • Souligne que le traitement doit être complet en englobant un continuum de services de soutien, dont l’assistance socio psychologique et le traitement médicamenteux, ainsi que des ressources liées aux compétences parentales, à l’hébergement et au transport

  • Recommande d’atténuer la stigmatisation des personnes ayant des problèmes liés à la consommation de substances, car il s’agit d’un obstacle important pour les femmes enceintes qui accèdent au traitement​​

 

Troubles concomitants (avril 2010)

  • Souligne le besoin chez les personnes souffrant de troubles concomitants pour des services de traitement intégrés et coordonnés

  • Attire l’attention sur la nécessité d’un cadre pédagogique commun pour la formation et le perfectionnement des professionnels qui fournissent des soins à cette clientèle

  • Recommande de faire des jeunes une priorité puisque c’est à cette étape de la vie qu’apparaissent la plupart des problèmes de consommation et de santé mentale, et que les possibilités d’intervention précoce sont les plus prometteuses

 

Éditions précédentes​

Pleins feux sur les jeunes (septembre 2007)

​Enjeux et options actuels (avril 2005)