Print Header
www.ccsa.ca

Médicaments d’ordonnance et opioïdes

​Le Canada est confronté à un problème pressant, soit réduire les méfaits associés aux psychotropes d’ordonnance (comme les opioïdes, les stimulants, les sédatifs et les tranquillisants), tout en s’assurant que les gens qui en ont besoin pour des raisons thérapeutiques puissent y avoir accès de manière rapide et appropriée. Le Canada connaît actuellement une hausse des méfaits associés aux opioïdes.

Comment en sommes-nous arrivés à une crise des opioïdes?​

Les opioïdes d’ordonnance peuvent soulager la douleur et améliorer la fonction, alors que les opioïdes illicites et d’ordonnance suscitent un sentiment de bien-être ou un état euphorique. À des doses suffisamment élevées, les opioïdes provoquent la somnolence, le coma et la mort. Plusieurs facteurs complexes sont à l’origine de la crise actuelle des opioïdes, dont les suivants :

  • Une mauvaise compréhension du risque de dépendance que posent les opioïdes d’ordonnance;

  • La prescription fréquente de fortes doses d’opioïdes pour soulager la douleur;

  • Une méconnaissance des autres traitements disponibles pour soulager la douleur;

  • Le vol d’opioïdes d’ordonnance par des amis et membres de la famille;

  • La prise d’opioïdes illicites à cause de la difficulté à se procurer des opioïdes d’ordonnance;

  • Les drogues illicites additionnées d’autres substances comme le fentanyl;

  • Des facteurs de risque psychologiques, sociaux et biologiques, comme la génétique, la santé mentale, les expériences vécues à la petite enfance, les traumatismes, la pauvreté, l’absence de logement décent et d’autres déterminants sociaux de la santé;

  • La stigmatisation entourant les troubles liés aux substances qui dissuade certaines personnes de demander de l’aide.

Qu’est-ce que le fentanyl?

Le fentanyl est un opioïde synthétique délivré sur ordonnance mais qui, récemment, est aussi fabriqué dans des laboratoires clandestins et vendu dans la rue ou mélangé à d’autres drogues (comme des comprimés d’oxycodone contrefaits ou de l’héroïne en poudre) par les revendeurs pour augmenter leurs profits. La présence de ces opioïdes synthétiques dans des comprimés et des poudres accroît considérablement le risque de surdose chez les personnes qui les consomment, car elles ignorent quelles substances actives elles prennent et en quelle quantité. Selon des estimations prudentes, de 2009 à 2014, un décès tous les trois jours serait attribuable au fentanyl.

Qu’est-ce que la naloxone?

La naloxone est un antidote qui permet d’arrêter les effets d’une surdose aux opioïdes pour une courte période, le temps que les services d’urgence arrivent ou que la personne soit transportée à l’hôpital. Il est possible de se procurer de la naloxone, sans ordonnance, dans de nombreuses pharmacies au Canada, mais pas dans toutes malheureusement.

Ampleur de la crise des opioïdes

Selon des estimations récentes, 13,1 % des adultes canadiens ont pris des opioïdes en 2015. Il y a eu 2 816 décès apparemment liés aux opioïdes au Canada en 2016, ce qui en fait l’un des principaux problèmes de santé et de sécurité publiques à l’heure actuelle.

Les mesures qui permettent de mieux comprendre les méfaits associés aux opioïdes, comme le nombre de décès, d’hospitalisations et de visites à l’urgence, sont une grande priorité. Le CCDUS et l’Institut canadien d’information sur la santé ont rendu public en 2016 le rapport Hospitalisations et visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes au Canada. Voici quelques-unes de ses principales constatations :

  • Les intoxications aux opioïdes entraînent plus de 13 hospitalisations par jour au Canada.

  • Le taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes au Canada a augmenté de plus de 30 % de 2007-2008 à 2014-2015.

Ces données pourraient servir à mieux informer les Canadiens sur les risques liés aux opioïdes, à promouvoir des initiatives factuelles visant à réduire les méfaits liés aux opioïdes et à nouer de nouvelles collaborations entre des organismes à l’échelle locale, provinciale/territoriale et nationale pour atténuer les méfaits attribuables aux opioïdes.

Quelles mesures sont prises pour remédier à la crise?

En novembre 2016, la Dre Jane Philpott, ancienne ministre fédérale de la Santé, et le Dr Eric Hoskins, ministre de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, ont amené de nombreuses organisations à signer la Déclaration conjointe sur les mesures visant à remédier à la crise des opioïdes. Ce document énumère les engagements concrets pris par 54 organisations au pays pour améliorer la prévention, le traitement et la réduction des méfaits associés à l’usage problématique d’opioïdes.

Il est essentiel, pour prévenir et réduire les méfaits causés par les médicaments d’ordonnance, d’offrir une gamme complète de services et soutiens.. En collaboration avec des partenaires du domaine, le CCDUS lutte contre les méfaits liés aux opioïdes et à d’autres médicaments d’ordonnance. C’est ainsi qu’il a fourni un leadership national dans la création de la stratégie S’abstenir de faire du mal, qui énonce les mesures à prendre – dans les secteurs de la prévention, de l’éducation, du traitement, de la surveillance et du suivi, et de l’application de la loi  Apprenez-en davantage sur la réponse du CCDUS à la crise des opioïdes et sur son travail dans le cadre de la Déclaration conjointe sur les mesures visant à remédier à la crise des opioïdes.

  • Le CCDUS a créé un outil d’établissement du prix de la naloxone pour aider les autorités à déterminer comment rendre la naloxone plus accessible, mesure susceptible de réduire le nombre de décès causés par des surdoses d’opioïdes.

  • Le CCDUS a préparé des protocoles thérapeutiques de haut niveau destinés à orienter le traitement des méfaits des médicaments d’ordonnance.

​​​​ 

Que fait votre organisation pour endiguer la crise?

Écrivez-nous à
pharma@ccsa.ca