Print Header
www.ccsa.ca

Alcool au volant

Lutter contre la conduite avec facultés affaiblies au Canada

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Conduire avec les facultés affaiblies par l’alcool peut être mortel. Malgré une tendance générale à la baisse du nombre de décès impliquant des conducteurs buveurs, des statistiques récentes montrent que plus d’un tiers (37,3 %) des conducteurs mortellement blessés avaient bu. Ces conducteurs avaient les facultés affaiblies pour la plupart et présentaient un taux d’alcoolémie supérieur à la limite légale en vigueur au Canada, soit 80 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang (80 mg/dl) (Conseil canadien des administrateurs en transport motorisé, 2010).

Certaines provinces, comme l’Alberta et la Colombie-Britannique, et quelques pays, comme la Nouvelle-Zélande et l’Écosse, commencent à abaisser le taux d’alcoolémie à 50 mg/dl pour réduire les méfaits.

Selon les Directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada, aucun niveau de consommation d’alcool n’est sécuritaire quand on conduit.

Lutter contre l’alcool au volant

Le CCDUS a analysé les données et les stratégies de lutte contre l’alcool au volant. En général, le CCDUS retient que les mesures les plus efficaces imposées aux récidivistes sont rapides, inévitables et sévères. Lorsqu’el​les sont conjuguées à la mise en fourrière des véhicules et à des peines pécuniaires, les sanctions administratives à court terme renforcées sont un moyen viable et efficace d’atténuer l’ampleur de l’alcool au volant au Canada. ​Il faudrait aussi envisager d’instaurer un contrôle aléatoire (aussi décrit comme obligatoire) de l’alcoolémie par alcootest.

​​ ​